La gestion de l’eau au Mexique

1 Professeure à la Faculté de droit de l’Université de Montréal. L’auteure tient à remercier l’Association des universités et des collèges du Canada qui lui a permis de faire un séjour de recherche à l’Universidad Autónoma Metropolitana- Iztapalapa (UAM-1).

2 Doctorante à la Faculté de droit de l’Université de Montréal. L’auteure tient à remercier le Ministère de l’éducation du Québec qui lui a permis de faire un stage de recherche à la Universidad Autónoma Metropolitana (UAM-1).

Abstract

Au début du millénaire, le gouvernement mexicain déclarait le pays en état d’alerte hydrique. En valeur absolue, le Mexique ne manque pas d’eau douce ; c’est son inégale répartition sur le territoire, la pollution de la ressource et le mauvais entretien des infrastructures d’assainissement et de distribution qui sont responsables de cette pénurie. Les auteures proposent de comprendre cette situation à travers l’influence que le contexte socio-économique du pays et son niveau de dépendance internationale a eu sur l’élaboration des politiques publiques et l’adoption des modes de gouvernance : traditionnellement considérée comme une chose commune, la gestion de l’eau fut longtemps confiée aux seules instances publiques chargées de veiller à l’intérêt général ; depuis quelques 10 ans, d’autres modes de gouvernance fondés sur la décentralisation administrative, la démocratisation décisionnelle, mais également la privatisation de la ressource, ont été impulsés par les organismes économiques internationaux.

English

At the beginning of the millennium, the Mexican government announced that the country was under a hydric surveillance. In absolute value, Mexico does not experience a shortage of freshwater; rather the resource scarcity comes from the uneven distribution on the territory, the pollution of the resource and the poor maintenance of the sanitation and supply infrastructure. The authors are proposing to understand this situation through the influence that the socioeconomic setting of the country and its level of international reliance have had on the development of public policies and the adoption of governance models : traditionally considered as a common good, the management of water has been delegated to the only public authorities capable of ensuring the public interest ; for some 10 years, other governance models based on administrative decentralization, decision-making democratization and resource privatization have been impulsed by international economic organizations.

Recommended citation

Louise Rolland et Yenny Vega Cardenas, « La gestion de l’eau au Mexique », (2009) 13-3 Lex Electronica. Available at: http://www.lex-electronica.org/en/s/622.
Download the PDF file

PDF Preview