“Windows to our Inner Private Lives”: Cell Phones, Informational Privacy and the Power to Search Incident to Arrest in Canada

1 Postdoctoral Fellow, L.R. Wilson Chair, Centre de recherche en droit public, Université de Montréal. He would like to thank Claire Brisson for her wise and more than helpful comments.

Abstract

Cet article s’intéresse au traitement par les tribunaux canadiens de la problématique relative au pouvoir de fouille d’un téléphone portable d’une personne mise en état d’arrestation. Dans R. c. Fearon, la Cour suprême a décidé que, sous certaines conditions, ces fouilles tombaient dans les limites du pouvoir de common law de fouille accessoire à une arrestation. Dans cet article, nous défendons l’idée selon laquelle la Cour a fait fausse route, et qu’elle aurait dû formuler une règle claire interdisant toute forme de fouille accessoire à une arrestation d’un téléphone cellulaire, à l’exception des cas où il existe des circonstances exceptionnelles qui justifieraient une telle fouille. Notre argument se décline en quatre temps : (1) d’abord, cette règle préviendrait les fouilles abu-sives de téléphone portable (2) ensuite, elle respecterait les meilleures pratiques en matière d’extraction de données et, par conséquent, elle permettrait une meilleure protection des éléments de preuve potentiellement emmagasinés dans l’appareil (3) elle aurait un impact minimal sur le niveau d’efficacité des activités des services de police et (4) finalement, elle permettrait la mise en place d’un équilibre optimal entre les intérêts de l’État et le droit à la vie privée.

English

The issue of searches of cell phones incident to arrest has been recently addressed by the Supreme Court of Canada. In R. v. Fearon, the Court has decided that, given certain conditions, ‘tailored’ cursory searches of cell phone seized fell within the limits of the common law power to search in-cident to arrest (SITA). In this article, I argue that the Fearon case represents a missed opportuni-ty to adapt the age old power of SITA to current privacy concerns, and that the Court should have adopted a bright line and technology-specific rule prohibiting warrantless searches of cell phones absent exigent circumstances. My argument rests on four main points : this rule would (1) prevent abusive searches of cell phones, (2) respect the best data extraction practices and, consequently, better protect the integrity of evidence potentially stored in the device, (3) minimally impact on the effectiveness of law enforcement activities and (4) strike the optimal balance between the state’s law enforcement interests and the individual’s privacy interests.

Recommended citation

Pierre-Luc Déziel, « “Windows to our Inner Private Lives”: Cell Phones, Informational Privacy and the Power to Search Incident to Arrest in Canada», (2014) 19-2 Lex Electronica 51. Available at: http://www.lex-electronica.org/en/s/1049.

Licence

© Pierre-Luc Déziel

Download the PDF file

PDF Preview