Palestine

Réunis à New York le 29 novembre 1947, les représentants des 56 pays membres de l’Organisation des Nations Unies décidèrent du partage en deux Etats de la Palestine. Invoquant la décision prise ce jour-là par les Nations unies, David Ben Gourion proclama l’indépendance de l’Etat d’Israël le 14 mai 1948. Côté palestinien, aucun Etat ne fut proclamé. Pour légitimer cette inexistence, il est d’usage de remettre en cause la politique de l’Etat hébreu. Mais n’y aurait-il pas des raisons plus profondes dans cette absence d’Etat? Les interrogations sont, bien évidemment, nombreuses.
Dans cette recherche, c’est le rôle juridique et politique des organisations internationales, combiné à celui des puissances occidentales, dans la naissance de ce conflit qui nous intéressera. C’est ainsi qu’au lendemain de la Première Guerre mondiale, la Société des Nations accorda un Mandat à la Grande-Bretagne et à la France pour administrer le Proche-Orient, instituant, de ce fait, un nouveau système international de tutelle. Des accords Sykes-Picot (dont la signature contribua à sceller le sort de cette région en 1916) à la Commission Peel en 1936 (qui marqua le premier refus des Arabes de Palestine dans la création de leur État), droit international et politique s’enchevêtrent, donnant naissance à de nouveaux États et à de nouveaux conflits d’ordre politique, culturel et religieux.
Pour aborder cette problématique, il nous faut adopter une approche historique et juridique, prenant également en considération les ” forces profondes” comme l’écrivait Jean-Baptiste Duroselle dans son Introduction à l’Histoire des Relations Internationales: “Il faut chercher à percevoir les influences qui ont orienté le cours. Les conditions géographiques, les mouvements démographiques, les intérêts économiques et financiers, les traits de la mentalité collective, les grands courants sentimentaux, voilà quelles forces profondes ont formé le cadre des relations entre les groupes humains. (…) L’homme d’Etat, dans ses décisions ou dans ses projets ne peut les négliger ; il en subit l’influence”.

Esther Benfredj